Jeux

Concepts de base pour jouer au poker avec certaines garanties

L’importance de la psychologie dans le poker, le contrôle bancaire, les émotions, la recherche d’espérance positive (EV) et l’étude.

Au poker, avoir une connaissance approfondie de la technique n’est pas tout. Maîtriser les concepts mathématiques qui entourent ce jeu passionnant n’est pas vraiment si compliqué : aucune opération ne va au-delà de la multiplication, de la division, de l’addition, de l’arrondi, etc.

Seuls quelques-uns se plongent dans des systèmes compliqués pour maîtriser certains aspects du jeu, tels que ICM et SAGE, à la fois pour les sit and go calcul EV , qui nécessitent des connaissances de base sur les probabilités et les statistiques.

Pour presque tous ces besoins, très courants à un niveau plus ou moins sérieux, il existe des logiciels ( Holdem Manager, Pockertracker, Pokerstove, calculatrices ICM , etc.), qui apportent, avec la pratique, les connaissances appropriées pour tirer profit de certains jeux et situations. .

Alors pourquoi est-il si difficile de gagner de l’argent au poker alors qu’il est si facile d’apprendre à jouer aujourd’hui ?

 

Avoir une bankroll pour ne pas avoir peur des pertes

Le concept de banque dans le poker est complètement à l’opposé de l’image romantique que dégage habituellement le jeu en question, véhiculée par Hollywood dans des films épiques, dans lesquels un joueur entre dans « le jeu de sa vie » et où il joue pratiquement tout ou rien. à une série de tours.

De nos jours, il est difficile de trouver un bon joueur qui ne tient pas compte de sa propre bankroll pour bien choisir le niveau auquel jouer. Autrement dit, avec autant d’argent, vous jouez à des jeux pour autant d’argent. Entrer dans un niveau supérieur à ce que l’on peut se permettre est considéré comme une grave erreur.

Attitude neutre envers l’argent

Pour jouer au poker , il ne peut y avoir d’obsession pour l’argent ou d’insouciance totale. Une chose peut être aussi mauvaise que l’autre.

Pour cela, le point précédent est essentiel : le contrôle bancaire.

En raison de l’énorme variance du poker, il peut y avoir des moments vraiment désastreux, donc jouer au-dessus des cotes peut être un adieu prématuré.

C’est pratique de pouvoir se concentrer sur le jeu lui-même, sans penser à l’argent, et cela en est une conséquence.

Essayez toujours de jouer avec une valeur attendue positive (EV+)

En fait, ce postulat est à la base du poker , et l’un des plus difficiles à assimiler, puisqu’il s’agit de savoir à quoi ressemble le jeu lui-même, ce dont très peu de gens peuvent se vanter.

Reconnaître les émotions mais les empêcher de nous affecter ; jouer avec nos cartes et la lecture de l’adversaire, ce qui nous ramène au même qu’avant : ne pas avoir peur de perdre de l’argent avec une EV+.

Pour exercer un jeu correct, il faut assimiler les réalités du poker , et c’est justement très compliqué.

En même temps, consacrer une bonne dose à la lecture et à l’étude est essentiel pour trouver un équilibre dans notre jeu.

Éliminez les émotions autant que possible

La colère, la frustration, la misère, la peur, la pitié, l’euphorie, l’orgueil, la nervosité… Ce sont autant d’émotions qui peuvent détourner le joueur du bon chemin au poker .

Sans vouloir être transcendantal, au poker une attitude plus « orientale » serait de mise.

En même temps, il convient de laisser de côté l’orgueil : poker n’a rien de personnel et perdre plusieurs fois contre le même joueur n’est rien d’autre qu’un coup de chance fortuit.

Essayer de jouer avec un état d’esprit serein, dans lequel les problèmes personnels, qu’ils soient émotionnels, financiers ou d’une autre nature, ne nous affectent pas, c’est partir sur de bonnes bases.

Il faut rappeler qu’au poker , la grande majorité des erreurs coûtent de l’argent, et c’est précisément la raison pour laquelle il convient, au moins, d’en faire le moins possible.

Comprendre, accepter et assimiler la vraie nature du poker

Le poker adresse , comme les échecs, ou de hasard, comme la roulette. C’est une circonstance qui dérange dans une bonne mesure.

Pour un mauvais joueur, l’influence du hasard est chanceuse ; pour un bon joueur, c’est aussi un malheur, puisqu’il se considère bien supérieur à celui-là.

Le poker compétence est un étrange mélange de chance , d’expérience, de gestion de bankroll, de mathématiques et de psychologie.

Ce sont toutes ces qualités, leur connaissance et leur développement qui font un jour d’un joueur occasionnel ou amateur un joueur poker , mais c’est peut-être pour cela qu’il est si difficile d’atteindre ce sommet, puisqu’il est pas facile d’être à la fois bouddhiste et capitaliste ; mathématicien et chaman à la fois. En bref : joueur et conservateur, tout en un.