Jeux

Le véritable boom des échecs

Bien que très ancien, le jeu d’échecs connaît un boom sans précédent. Quelles en sont les manifestations et les raisons ? À l’ère du tout numérique et des jeux vidéos, les échecs connaissent un essor remarquable. En effet, en juillet 2011, la Fédération Française des Échecs avait annoncé un record de nouveaux licenciés en franchissant allégrement la barre des 50 000 alors que la tendance des autres fédérations sportives était plutôt à l’érosion comme pour le football par exemple. Et de nouvelles passions sont à nouveau-nées en 2020 avec la série Netflix Le Jeu de la dame.

L’implantation du jeu d’échecs dans les écoles et collèges est l’une des clés du succès. Des responsables d’établissements scolaires souhaitent de plus en plus obtenir la création de sections sportives scolaires (anciennes sections sports études) pour accompagner le fait que la Fédération Française des Échecs soit reconnue comme une fédération sportive. Intéressés par l’image des échecs, de nouveaux partenaires désirent associer leur image à ce sport cérébral. C’est ainsi qu’une grande banque française (BNP) accompagne depuis quelque temps la FFE.

Les raisons du succès des échecs

Surnommé le roi des jeux, le jeu d’échecs véhicule une image positive et valorisante. Son bénéfice pour le développement et l’entretien des facultés cognitives est souvent souligné en matière éducative. Amateurs de stratégie, voici d’ailleurs quelques conseils pour bien choisir un jeu d’échecs et profiter d’un échiquier qui répond à vos besoins (design, mobilité, matière).

De plus, la nécessaire acquisition d’un sens stratégique (définition d’un plan) et tactique (comment le mettre en œuvre) est utile au quotidien dans de nombreuses activités.

Le jeu d’échecs est aussi une école d’abnégation et d’humilité, car l’apprentissage des règles et la progression dans cet art nécessitent un sens psychologique aigu et un dépassement de soi constant.

Le jeu d’échecs : une activité facilement accessible

Le jeu d’échecs n’est pas non plus une activité onéreuse, car il ne nécessite pas de logistique particulière. Dans certains pays, notamment les pays de l’Est, il n’est pas rare de voir des personnes jouer dans les espaces publics ou dans les transports en commun.

Activité mixte, il permet un brassage intergénérationnel et est accessible à chacun. D’ailleurs dans le domaine scolaire, certains jeunes en difficulté ont pu progresser grâce à la pratique du jeu d’échecs.

Si l’essor de cette activité se constate concrètement au sein des clubs d’échecs, l’engouement est aussi notable sur Internet qui est particulièrement bien adapté à la pratique du jeu. En effet, de nombreux sites permettent de jouer en ligne à toute heure et avec des personnes du monde entier.

Des effets bénéfiques collatéraux

En matière de santé, également, des études récentes tendent également à prouver que la pratique du jeu d’échecs améliore les facultés cognitives et notamment la mémoire et ralentit probablement le développement de la maladie d’Alzheimer, véritable fléau de notre époque.

Dernier aspect et non le moindre, les échecs sont un jeu d’intérieur qui véhicule également un message de fraternité, car la devise de la Fédération Internationale des Échecs est la locution latine « Gens Una Sumus » (traduction littérale : Nous ne sommes qu’un).

Tous ces facteurs expliquent l’essor qu’a connu ce jeu jusque-là, mais ceci est loin de la ferveur actuelle du jeu d’échecs.

Quiconque pense encore que les échecs sont ennuyeux n’a clairement pas vu The Queen’s Gambit (Le Jeu de la dame, en français) ! Cette mini-série, basée sur le roman du même nom de Walter Tevis, s’est avérée un succès depuis son arrivée sur Netflix, le 23 octobre 2020. À tel point que de plus en plus de personnes essaient le jeu sur leur téléphone portable, peut-être en l’espoir d’atteindre le même niveau d’expertise que le prodige des échecs de la série, Beth Harmon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *